IniciGrupsConversesExploraTendències
Cerca al lloc
Aquest lloc utilitza galetes per a oferir els nostres serveis, millorar el desenvolupament, per a anàlisis i (si no has iniciat la sessió) per a publicitat. Utilitzant LibraryThing acceptes que has llegit i entès els nostres Termes de servei i política de privacitat. L'ús que facis del lloc i dels seus serveis està subjecte a aquestes polítiques i termes.
Hide this

Resultats de Google Books

Clica una miniatura per anar a Google Books.

S'està carregant…

Cloudsplitter (1998)

de Russell Banks

MembresRessenyesPopularitatValoració mitjanaMencions
1,566319,620 (3.85)180
A triumph of the imagination and a masterpiece of modern storytelling, Cloudsplitter is narrated by the enigmatic Owen Brown, last surviving son of America's most famous and still controversial political terrorist and martyr, John Brown. Deeply researched, brilliantly plotted, and peopled with a cast of unforgettable characters both historical and wholly invented, Cloudsplitter is dazzling in its re-creation of the political and social landscape of our history during the years before the Civil War, when slavery was tearing the country apart. But within this broader scope, Russell Banks has given us a riveting, suspenseful, heartbreaking narrative filled with intimate scenes of domestic life, of violence and action in battle, of romance and familial life and death that make the reader feel in astonishing ways what it is like to be alive in that time.… (més)
  1. 20
    Midnight Rising: John Brown and the Raid That Sparked the Civil War de Tony Horwitz (amyblue)
    amyblue: Midnight Rising is the true story of the Harper's Ferry raid, told by the fantastic Tony Horwitz and Cloudsplitter is the fictionalized account of John Brown's life by Russell Banks.
  2. 10
    John Brown de W. E. B. Du Bois (edwinbcn)
  3. 10
    The Confessions of Nat Turner de William Styron (edwinbcn)
  4. 00
    John Brown, Abolitionist: The Man Who Killed Slavery, Sparked the Civil War, and Seeded Civil Rights de David S. Reynolds (sipthereader)
S'està carregant…

Apunta't a LibraryThing per saber si aquest llibre et pot agradar.

No hi ha cap discussió a Converses sobre aquesta obra.

» Mira també 180 mencions

Es mostren 1-5 de 30 (següent | mostra-les totes)
Awesome detail. If you do not appreciate total tiny descriptions skip this. ( )
  earthwind | Jul 18, 2021 |
A remarkable book which depicts the history of pre-Civil War America and the life of the abolitionist John Brown, but also the life of a son forever under the control of an obsessive and domineering father. These two themes intertwine to bring the reader to a powerful yet understated ending... a man alone for decades, filled with grief and guilt. ( )
  Chrissylou62 | Aug 1, 2020 |
(40) This is quite a book. 760 pages of closely spaced small typeface. It took me forever to read and I often interspersed other reading or only read small chunk. It is definitely fine writing, but dense and slow to develop. This is a biographical novel of John Brown the famous, or infamous abolitionist that conducted the raid at Harper's Ferry that is said to have sparked the Civil War. It is told to us by his surviving son reflecting on his father's actions and his relationship with his father many years later. John Brown is portrayed as a fascinating character - part religious fanatic, part renaissance man, with a dash of loving father mixed in. He seemingly was a courageous visionary standing up and fighting for what was just - the end of slavery. But, his zealotry and his egomania along with his bloody actions serve to vilify him.

I have to say, I mostly come down on the side of crazy villain despite the righteousness of his cause - the ends did not justify the means. And interesting Owen's overarching theme that loyalty to family is almost a form of slavery.

Anyway, I digress. The novel is powerful and transformative, but tedious and repetitive at times. Owen is a sympathetic character and one wishes he could have broken free. I think this is an important novel about race from the white perspective - Lyman and Owen's relationship leaves us much to ponder. Will we ever be post-racial in this country? This book suggests we will not.

In any event, if one is ever depressed about the culture of divisiveness in this country; we can feel better at least that it is not the 1850's. A rewarding reading experience that is worth the time commitment, even if it is not always enjoyable. Recommended for lovers of the Civil War time period and historical fiction with gravitas and literary merit. ( )
  jhowell | Aug 24, 2019 |
Première lecture de cet auteur, et quelle superbe découverte.
Un grand roman d'une puissance et d'un souffle incroyable. Au travers de l'histoire du clan Brown regroupé autour du père, John Brown, c'est d'une part une histoire des Etats-unis au milieu du XIX° siècle avant le déclenchement de la guerre de Sécession, l'histoire de la lutte permanente et presque des anti-esclavagistes et des réseaux clandestins pour aider les esclaves évadés. C'est une magnifique fresque de la vie des colons et des fermiers dans les Etats de l'Ouest américain en cours de colonisation au millieu d'une nature sauvage . C'est aussi une belle analyse et réflexion politique, philosophique sur la nature de l'esclavage aux états-unis et de la lutte pour un idéal, soulevant des questions essentielles : le meurtre peut-il être justifié pour sauver d'autres hommes ? L'engagement militant, l'idéologie, la conviction de détenir la vérité entraîne t-il inexorablement vers l'extrémisme ? Enfin c'est un bouleversant récit d'une relation père-fils, avec un père manipulateur et fanatique, commandeur, demi-dieu, figé dans ses certitudes mais beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. C'est d'ailleurs, là aussi une des nombreuses grande qualité de ce roman. Russel Banks dépeint des personnages complexes, ballotés entre leurs désirs, leurs devoirs et leurs croyances.
"Les principes se sont solidifiés en habitude et l'habitude en caractère" (p16)
J'ai surtout découvert un écrivain avec un style magnifique qu'il décrit ainsi dans la rédaction du narrateur : "c'est mots sont mes pensées mises en bonne relation et agencées avec de belles proportions".
Chaque page est un bijou d'écriture, dans la description de la nature, des montagnes, d'un levé de soleil, des forêts, dans la description du travail quotidien, par les réflexions sur la religion, les conséquences philosophiques sur la nature humaine et les répercussions de l'esclavagisme détruisant sa propre condition d'être humain.
Et quel magnifique symbole que ce mont Tahawus, que les indiens appellent le Pourfendeur des nuages, donnant le titre au roman, protégeant la vallée ou s'abrite la famille Brown avec face à la ferme ce bloc de granit planté dans la prairie image réduite du mont Tahawus, stèle mémorielle. Symbole d'une déchirure du ciel pour dissiper les nuages de l'esclavagisme, d'une conception du monde autour des races pour l
C'est un immense roman, d'une densité incroyable qui soulève énormément de questions politiques, philosophiques, morales et qui renvoi à chaque instant à des évènements de notre actualité (si on remplace les "nègres" du récit par les "migrants" par exemple) à notre époque.

"C'est dire que les citoyens blancs opposés totalement au système esclavagiste, donc en faveur de l'abolition complète et définitive dans tous les Etats, formaient une minorité bien distincte et même toute petite. Quant à ceux qui étaient pour l'esclavage, qui estimaient qu'il s'agissait là d'un bien positif qu'on devait étendre à tous les territoires de l'Ouest, ceux-là étaient une toute petite minorité. La vaste majorité entre les deux ne souhaitait qu'une chose : la disparition du problème" (p370)

"... cet univers pervers et cruel qui nous donne d'abord la vie au milieu des autres et puis nous enlève les autres un par un jusqu'à ce que nous restions seuls, tous autant que nous sommes, seuls" (p258)

"Aussi noble que soit le visage humain au repos quelle que sot son apparence de symétrie, de fraîcheur et clarté, dès que le front est penché et les sourcils froncés de rage, dès que la bouche est déformée par un mot obscène, les narines élargies par le dégout et les lèvres tortues par le mépris, dès que le poing se referme et se lève à la manière d'une arme, on s'éloigne de ce vidage en reculant, comme s'il appartenait à une sous-espèvce, à une autre version de nous, démoniaque et bestiale. Comment nous, les humains, pourrions-nous tous être pareils lorsque l'un d'entre nous devient brusquement si laid ? Et quand c'est toute une foule quid devient à son tour hideuse, qui se change en meute, à quelle espèce avions-nous affaire ?" (p374)

"Le fait que notre teint clair nous protégeait, nous préservait d'une attaque physique, voire de la mort, m'a conduit à me rendre compte une fois de plus que le blanc et autant une couleur que le noir. Notre drapeau, notre uniforme c'était notre peau blanche" (p375)

"Nous sommes peut-être une société fondée sur les différences raciales, une société viciée à la base, mais nous aspirons aussi à être une démocratie. Et donc, tant que nous ne serons pas devenus une vrai démocratie, chaque Américain, qu'il soit blanc, noir, rouge ou jaune, ne vivra pas dans sa peau mais par elle. Et si l'on dit de l'un qu'il est "de couleur", alors qu'ils le soient tous." (p490)

"De tous les animaux sur la planète, nous sommes sans aucun doute le plus méchant, le plus trompeur, le plus meurtrier et le plus vil. Malgré notre Dieu, ou à cause de Lui. Les deux. Notre seule vertu, parfois, semble résider dans le fait que nous sommes aussi cruels et violents les uns envers les autres que nous le sommes à l'égard des autres espèces" (p513)

"C'est par leur lutte secrète que les gens orientent les histoires qu'ils racontent à leurs enfants" (p570)

"Et si l'histoire, comme la volonté de Dieu, nous gouvernait, la dimension morale qu'elle possédait ne résidait pas en elle et ne lui venait pas d'une puissance encore supérieure, mais provenait de nos actes, et elle nous révelerait notre vrai destin, pour le meilleur ou pour le pire" (p699)

"Père soutenait que la société dans son ensemble devait être organisée sur une autre base que celle de la recherche du profit, car si les intérêts matériels étaient légèrement améliorés par la divinisation institutionnelle de l'égoïsme, les hommes et les femmes ordinaires, en revanche, y perdaient tout" (p737)

"Mais ne peut-on estimer rationnellement que la loi de causalité fonctionne du bas vers le haut autant que du haut vers le bas ? Et s'il existe un ordre dans l'univers, alors toutes nos affaires sur terre sont sûrement et inextricablement liées les unes aux autres. (...) Car; même si nous ne pouvons pas connaître les conséquences ultimes de nos actions et de nos inactions, nous devons néanmoins nous conduire comme si elles avaient des conséquences ultimes. Il n'y a pas de petite chose, dans nos vies, qui n'ait de sens : peu importe que nous ne puissions jamais connaître le sens nous-mêmes." (p776-777)

"Je pourrais finalement devenir bon (..) sans ce Dieu sévère et barbu qui me traite de haut, qui me fait marcher par la culpabilité et la honte, par des principes et des devoirs, qui érige la bonté en une obligation irrésistible et impossible à satisfaire au lieu d'en faire le simple état naturel de l'homme." (p798)

"...nos rêves sculptent avec art notre esprit éveillé" (p835)

"Père croyait que l'univers était une gigantesque mécanisme d'horlogerie brillamment illuminé. Mais ce n'est pas le cas. C'est une mer de ténèbres infinies qui se déplacent sous un ciel noir. Entre les deux, nous sommes des parcelles de lumière isolée qui n'arrêtons pas de monter et de tomber. Nous passons entre la mer et le ciel, avec une facilité humiliante et incompréhensible, comme s'il n'y avait pas de firmament ente les firmaments, pas de haut ni de bas, pas d'ici ni de là-bas, pas de maintenant ni d'alors, munis des débiles conventions de la langue, de nos principes artificiels, et de l'amour de nos lumières mutuelles pour empêcher notre propre lumière de s'éteindre. Si nous abandonnons une seule de ces protections, nous sommes dissous dans les ténèbres comme du sel dans l'eau" (p864) ( )
  folivier | Feb 16, 2019 |
“Of all the animals on this planet, we are surely the nastiest, the most deceitful, the most murderous and vile. Despite our God, or because of him. Both.”

John Brown. Those simple words, still conjure up so many conflicting images: abolitionist, terrorist, crusader, madman, insurrectionist and martyr. It still resonates, a century and a half after his death.

There have been many books written on Brown and this is Banks epic, take on this man's story. It is told entirely through the eyes of his third son, Owen, who somehow survived and escaped the raid on Harper's Ferry. He spent the rest of his life as a sheepherder in California.
Yes, this is fiction, something clearly stated in the foreward, but the amount of research Banks must have mounted, is truly astounding and his writing is robust, fluid and beautifully-rendered. A true labor of love. An over-looked American classic.

“ We pass between sea and sky with unaccountable, humiliating ease, as if there were no firmament between the firmaments, no above or below, here or there, now or then, with only the feeble conventions of language, our contrived principles, and our love of one another's light to keep our own light from going out; abandon any one of them, and we dissolve in darkness like salt in water.” ( )
2 vota msf59 | Nov 11, 2017 |
Es mostren 1-5 de 30 (següent | mostra-les totes)
Sense ressenyes | afegeix-hi una ressenya
Has d'iniciar sessió per poder modificar les dades del coneixement compartit.
Si et cal més ajuda, mira la pàgina d'ajuda del coneixement compartit.
Títol normalitzat
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
Títol original
Títols alternatius
Data original de publicació
Gent/Personatges
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
Llocs importants
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
Esdeveniments importants
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
Pel·lícules relacionades
Premis i honors
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
Epígraf
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
. . . and I only am escaped alone to tell thee.
JOB 1:16
Dedicatòria
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
For C.T., the beloved,
and in memory of William Matthews (1942 - 1997)
Primeres paraules
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
Upon waking this cold, gray morning from a troubled sleep, I realized for the hundredth time, but this time with deep conviction, that my words and behavior towards you were disrespectful, and rude and selfish as well.
This is a work of the imagination. (Author's Note)
Citacions
Darreres paraules
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
(Clica-hi per mostrar-ho. Compte: pot anticipar-te quin és el desenllaç de l'obra.)
Nota de desambiguació
Editor de l'editorial
Creadors de notes promocionals a la coberta
Llengua original
Informació del coneixement compartit en anglès. Modifica-la per localitzar-la a la teva llengua.
CDD/SMD canònics
LCC canònic

Referències a aquesta obra en fonts externes.

Wikipedia en anglès

Cap

A triumph of the imagination and a masterpiece of modern storytelling, Cloudsplitter is narrated by the enigmatic Owen Brown, last surviving son of America's most famous and still controversial political terrorist and martyr, John Brown. Deeply researched, brilliantly plotted, and peopled with a cast of unforgettable characters both historical and wholly invented, Cloudsplitter is dazzling in its re-creation of the political and social landscape of our history during the years before the Civil War, when slavery was tearing the country apart. But within this broader scope, Russell Banks has given us a riveting, suspenseful, heartbreaking narrative filled with intimate scenes of domestic life, of violence and action in battle, of romance and familial life and death that make the reader feel in astonishing ways what it is like to be alive in that time.

No s'han trobat descripcions de biblioteca.

Descripció del llibre
Sumari haiku

Cobertes populars

Dreceres

Valoració

Mitjana: (3.85)
0.5 1
1 6
1.5 1
2 15
2.5 2
3 51
3.5 18
4 99
4.5 16
5 67

Ets tu?

Fes-te Autor del LibraryThing.

 

Quant a | Contacte | LibraryThing.com | Privadesa/Condicions | Ajuda/PMF | Blog | Botiga | APIs | TinyCat | Biblioteques llegades | Crítics Matiners | Coneixement comú | 177,179,667 llibres! | Barra superior: Sempre visible